Préparer sa soirée/nuit d’imagerie

Une sortie astro, que ce soit pour faire des observations visuelles et a fortiori pour faire de l’imagerie planétaire … ça ne s’improvise pas !

Tout commence, bien évidemment, par l’étude de la météo. De nombreux sites spécialisés existent et vous trouverez sur ma liste de liens ceux que j’utilise le plus souvent. Le ciel doit être dégagé de tout nuage tout le temps que vous avez prévu pour la sortie (Monsieur de La Palice n’aurait pas mieux dit, pas besoin d’un article pour cela !). Mais attention, je vous alerte tout de suite : ne pensez surtout pas que ciel clair soit forcément synonyme de bonnes conditions ! Il faut en effet que l’atmosphère soit stable. La turbulence atmosphérique (qui a pour effet de disperser la lumière de façon fluctuante et aléatoire) est l’ennemi juré de l’astro-photographe planétaire. Donc, à moins de pouvoir vous offrir des heures d’observations au télescope spatial HUBBLE ou l’optique adaptative du VLT, vous serez toujours limité par les caprices d’Eole.

Christophe PELLIER a récemment bien résumé dans cet article sur son blog les situations propices à un bon seeing.

Des sites comme Meteoblue et SkippySky peuvent vous aider à prévoir les choses: ils ont des estimations assez bonnes du seeing. Prenons par exemple Meteoblue : après avoir choisi votre ville, cliquez sur « Air » puis « Astronomical seeing »

La plage encadrée de rouge est une plage quasi parfaite

La plage encadrée de rouge est une plage quasi parfaite

Comme on le voit ci-dessus, la plage 19h – 23h est très favorable : aucune couverture nuageuse (0 – 0 – 0 sur fond bleu), un seeing index entre 4 et 5 (fond vert) et un jet-stream aux alentours de 15 m/s (fond vert). Personnellement, quand je vois de telles conditions quelques heures avant, je sors le matériel pour sa mise en température !!!

Il faut aussi savoir « sentir » les conditions. Le moment venu, sortez sous le ciel étoilé et regardez attentivement les étoiles. Plus la turbulence atmosphérique est importante, plus elles scintillent. Regardez les étoiles à une hauteur de 45° environ : si elles ne scintillent pas trop, c’est bon signe !

Préparer sa soirée, c’est aussi décider de sa (ses) cible(s).

  • Quelles seront les planètes visibles ?
  • À quelle hauteur seront-elles ?
  • À quelle heure aura lieu leur passage au méridien sud (où elles seront au plus haut dans le ciel) ?
  • Pour Jupiter, verrai-je la Grande Tache Rouge, Oval BA, … ?
  • Pour les planètes avec des satellites (Jupiter, mais aussi Saturne voire Uranus), quelle sera la configuration de ceux-ci ? Si vous décidez de réaliser une animation de rotation jovienne, elle n’en sera que plus intéressante si la GTR est visible et/ou que l’ombre d’un ou plusieurs satellites se déplace sur le globe.
  • Pour la Lune, quelles seront les structures visibles près du terminateur ?

Afin de vous aider à répondre à toutes ces questions, des outils doivent être utilisés :

Pour la position générale des objets sur le ciel, j’utilise le superbe logiciel nommé Stellarium.

Stellarium : position de Jupiter depuis Paris le 26/01/2014 à 22:23 HL

Stellarium : position de Jupiter depuis Paris le 26/01/2014 à 22:23 HL

Pour la position des satellites de Jupiter, vous cliquez sur Jupiter et vous pouvez zoomer :

Stellarium : position des satellites galiléens le 26/01/2014 à 22:23 HL

Stellarium : position des satellites galiléens le 26/01/2014 à 22:23 HL

La visualisation du passage des ombres des satellites de Jupiter est également possible sur Stellarium. Cependant, je préfère pour cela utiliser le logiciel Coelix (ou le logiciel Jupiter 2). En effet, la visualisation de la position exacte de la GTR sur Stellarium est très difficile à paramétrer correctement alors qu’elle est plus simple sous Coelix.

Sous Stellarium, faites attention à bien cocher « Simuler la vitesse de la lumière » (dans « Affichages ») sinon la visualisation de la position des satellites sera en retard de 43 mn (temps moyen que met la lumière pour parcourir la distance Jupiter – Terre !)

Exemple sous Coelix : le triple passage d’ombres du 12/10/2013 (événement rare que je n’ai malheureusement pu immortaliser à cause des nuages)

Evénement rare : un triple passage d'ombres (Io, Europe et Callisto) le 12/10/2013 à 05:00 TU

Evénement rare : un triple passage d’ombres (Io, Europe et Callisto) le 12/10/2013 à 05:00 TU

Exemple sous Atlas Virtuel de la Lune :

Le logiciel Atlas Virtuel de la Lune, outil indispensable pour préparer ses soirées lunaires

Le logiciel Atlas Virtuel de la Lune, outil indispensable pour préparer ses soirées lunaires

Enfin, préparer sa soirée, c’est bien évidemment préparer soigneusement tout son matériel :

  • Sortir le télescope au moins une heure (voire plus avec les gros diamètres fermés) avant la séance
  • Faire une bonne mise en station
  • Vérifier la collimation et la retoucher si nécessaire (liens)

Bon cieux !

Eric

Bookmarquez le permalien.

10 Comments

  1. Salut Eric,
    Je ne connaissais pas ton blog ! Bon article, je n’utilise pas Stellarium mais ça me donne envie de le faire.
    J’ai aussi prévu de faire sur mon blog un article sur la préparation des observations, mais sur un autre périmètre (WinJupos en particulier). Je mettrai un lien vers cet article.

  2. Eric BLINEAU

    Merci Christophe. Ton approche via WinJupos m’intéresse, je regarderai ton article avec attention ;-)

  3. Bravo Eric, ça devient de plus en plus intéressant !

  4. Eric BLINEAU

    Merci William. Cet article s’adresse plutôt aux débutants (donc tu n’es pas concerné ;-)). Comme le fait aussi Christophe sur son blog, il est important d’insister sur les fondamentaux (collimation, turbulence atmosphérique, …). Je ferai d’autres articles plus techniques (dans la limite de mes compétences et de mon expérience) sur l’acquisition à la PLA-Mx, mes techniques de traitements sous AS!2 et RegiStax6, … quand le temps (dans tous les sens du terme) me le permettra. A bientôt !

  5. Bonjour Eric, et merci pour ton site INDISPENSABLE. J’utilise Meteoblue depuis de nombreuses années, et n’avais jamais pensé m’en servir pour l’astro. Mais problème, je n’ai pas trouvé où cliquer « Astronomy seeing »; pourrais-tu m’en dire plus . Merci

    • Eric BLINEAU

      Bonjour Paul (prénom deviné par ton email, j’espère ne pas me tromper !)

      Merci pour ton soutien. Les sites météo (mais les autres aussi) ont tendance à changer d’interface assez fréquemment.
      « Astronomical seeing » se trouve maintenant dans le menu « Air » du bandeau à gauche une fois que tu as choisis la ville.
      Je vais modifier mon article en conséquence.

      Eric

  6. Prénom : gagné !
    Je suis revenu sur le site pour te signaler de ne pas être obligé de me répondre car j’avais fini par trouver ! Trop tard, tu as été plus prompt que moi ! J’ai l’excuse de mes 77 ans !! La langue de Shakespeare obtenant la note de 0 pointé ! pourras-tu éventuellement, en message mail, me traduire les colonnes du tableau « Astronomy seeing » .Cordialement

    • Eric BLINEAU

      Rebonjour Paul,

      C’est assez intuitif, même en anglais. Pour les 3 colonnes bleues Clouds (respectivement nuages bas, de moyenne et de haute altitude de gauche à droite) tu as le % de couverture nuageuse prévue (d’expérience, ne pas trop s’y fier en cas d’anticyclone stagnant longtemps (marais barométrique), ils n’arrivent pas à prévoir de manière fiable la formation des brumes et brouillards car leur formation dépend de conditions trop locales).
      Le seeing (prévision de turbulence atmosphérique) : plus c’est au vert (5) mieux c’est. Perso, je regarde surtout le courant-jet (jet stream) pour estimer une bonne nuit pour le planétaire : là aussi, plus c’est vert (vers 15 m/s) mieux c’est. Enfin je ne regarde pas trop les bad layers, le jet stream suffit généralement.

      Attention : ne pas se fier à un seul site météo pour préparer une soirée astro. Il faut en regarder 3-4 et voir si les avis convergent !

      Eric

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>